Délibération n°14 (2019-0300) : Ouvertures dominicales 2020

Intervention de Jacques ARFEUILLÈRE :

Comme à chaque fois que se représente cette délibération tous les ans, nous réaffirmons notre opposition au travail du dimanche. Et nous disons qu’il faut cesser de pousser à la consommation et réserver ce jour au repos, à la famille et aux amis pour toutes et tous, aussi bien pour les travailleurs que pour les consommateurs ! Si on doit accepter le travail le dimanche quand il est vital comme pour les métiers de la santé ou des secours, on peut, pour le reste, organiser la satisfaction des besoins en préservant des zones de repos pour tout le monde.

C’est un peu comme la brèche que la Ville a ouverte avec la vidéosurveillance, d’abord quelques caméras sur l’espace public puis on accepte de financer la vidéosurveillance pour des privés au centre commercial des Trois-Cités, eh bien ici avec les ouvertures dominicales, c’était d’abord 3 jours, puis 5 jours et bientôt peut-être nous n’aurons même plus besoin de prendre ce genre de délibérations puisque l’ouverture des commerces tous les jours de la semaine sera devenue normale comme pour Géant Casino à Beaulieu, qui a d’abord commencé par ouvrir le dimanche matin et qui maintenant ouvre aussi l’après-midi, outrepassant d’ailleurs la réglementation en jouant sur le fil du rasoir.

Je voudrais dire un mot enfin de ce dimanche « Black Friday » inscrit dans la délibération et  qui fait ici son entrée, comme « donnant du sens » pour reprendre les mots de Patricia Persico à ces nouvelles décisions d’ouverture : ce sens ne nous convient pas. Cette nouvelle importation de l’ultra-consumérisme américain, cette invitation à combler un vide après Thanksgiving et à relancer la débauche consumérisme des fêtes à suivre a quelque chose d’indécent, sinon de décadent dans un contexte où notre travail est d’alerter sur la finitude des ressources de la planète.

Plutôt qu’une nouvelle ouverture dominicale, inventons un dimanche de troc, un dimanche d’échanges de compétences, un dimanche de solidarité et d’entraide pour recycler, réparer, dépanner. Vous vous doutez bien que nous votons contre cette délibération.

Intervention de Manon LABAYE :

Cette délibération fait écho à la loi Macron permettant un plus grand nombre d’ouvertures de commerces les dimanches. Qui dit ouverture des commerces dit également que des personnes vont devoir travailler plus de dimanches.

Cette mesure vise un peu plus à déréguler le droit du travail. En ouvrant la porte au travail du dimanche nous sommes dans la même logique néolibérale de travailler toujours plus. Plus d’heures par semaines (conséquences de la loi travail), plus d’années au cours d’une vie (suite aux différentes réformes retraites)…

A l’heure de la crise sociale et écologique que nous vivons, il faudrait au contraire diminuer le temps travaillé. Passer aux 32h, revenir à la retraite à 60 ans à taux plein. Cela passe notamment par s’opposer au travail du dimanche et se battre pour d’autres temps de repos.

Cela est possible ! Les bénéfices du CAC 40 ont encore explosé. A titre d’exemple il faut 45 années à un smicard pour gagner l’argent que Bernard Arnault gagne en 1 heure ! A quel titre devrions-nous travailler plus ? Le dimanche ? Après 60 ans ?

En ce sens, la grève de ce jeudi 5 décembre sera l’occasion de rappeler au gouvernement que sa politique ne répond pas aux besoins des travailleurs, des chômeurs, des retraités, des étudiants… Je rappelle ici, comme élue anticapitaliste, mon soutien aux grévistes et aux manifestants.

Travail dominical : interventions au Conseil municipal du 2 décembre 2019https://osonspoitiers.fr/wp-content/uploads/2019/12/Conseil-Ville-du-2.12.2019-1024x768.jpghttps://osonspoitiers.fr/wp-content/uploads/2019/12/Conseil-Ville-du-2.12.2019-150x150.jpg SecretariatOzons ActualitésConseil municipal
Délibération n°14 (2019-0300) : Ouvertures dominicales 2020 Intervention de Jacques ARFEUILLÈRE : Comme à chaque fois que se représente cette délibération tous les ans, nous réaffirmons notre opposition au travail du dimanche. Et nous disons qu'il faut cesser de pousser à la consommation et réserver ce jour au repos, à la...
<p style="text-align: justify;"><strong><a href="https://osonspoitiers.fr/wp-content/uploads/2019/12/délib-n°14_CM-du-2.12.2019.pdf" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Délibération n°14 (2019-0300) : Ouvertures dominicales 2020</a></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Intervention de Jacques ARFEUILLÈRE : </strong></p> <p style="text-align: justify;">Comme à chaque fois que se représente cette délibération tous les ans, nous réaffirmons notre opposition au travail du dimanche. Et nous disons qu'il faut cesser de pousser à la consommation et réserver ce jour au repos, à la famille et aux amis pour toutes et tous, aussi bien pour les travailleurs que pour les consommateurs ! Si on doit accepter le travail le dimanche quand il est vital comme pour les métiers de la santé ou des secours, on peut, pour le reste, organiser la satisfaction des besoins en préservant des zones de repos pour tout le monde.</p> <p style="text-align: justify;">C’est un peu comme la brèche que la Ville a ouverte avec la vidéosurveillance, d’abord quelques caméras sur l’espace public puis on accepte de financer la vidéosurveillance pour des privés au centre commercial des Trois-Cités, eh bien ici avec les ouvertures dominicales, c’était d’abord 3 jours, puis 5 jours et bientôt peut-être nous n’aurons même plus besoin de prendre ce genre de délibérations puisque l’ouverture des commerces tous les jours de la semaine sera devenue normale comme pour Géant Casino à Beaulieu, qui a d’abord commencé par ouvrir le dimanche matin et qui maintenant ouvre aussi l’après-midi, outrepassant d’ailleurs la réglementation en jouant sur le fil du rasoir.</p> <p style="text-align: justify;">Je voudrais dire un mot enfin de ce dimanche « Black Friday » inscrit dans la délibération et  qui fait ici son entrée, comme « donnant du sens » pour reprendre les mots de Patricia Persico à ces nouvelles décisions d'ouverture : ce sens ne nous convient pas. Cette nouvelle importation de l'ultra-consumérisme américain, cette invitation à combler un vide après Thanksgiving et à relancer la débauche consumérisme des fêtes à suivre a quelque chose d'indécent, sinon de décadent dans un contexte où notre travail est d'alerter sur la finitude des ressources de la planète.</p> <p style="text-align: justify;">Plutôt qu'une nouvelle ouverture dominicale, inventons un dimanche de troc, un dimanche d'échanges de compétences, un dimanche de solidarité et d'entraide pour recycler, réparer, dépanner. Vous vous doutez bien que nous votons contre cette délibération.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Intervention de Manon LABAYE : </strong></p> <p style="text-align: justify;">Cette délibération fait écho à la loi Macron permettant un plus grand nombre d'ouvertures de commerces les dimanches. Qui dit ouverture des commerces dit également que des personnes vont devoir travailler plus de dimanches.</p> <p style="text-align: justify;">Cette mesure vise un peu plus à déréguler le droit du travail. En ouvrant la porte au travail du dimanche nous sommes dans la même logique néolibérale de travailler toujours plus. Plus d'heures par semaines (conséquences de la loi travail), plus d'années au cours d'une vie (suite aux différentes réformes retraites)...</p> <p style="text-align: justify;">A l'heure de la crise sociale et écologique que nous vivons, il faudrait au contraire diminuer le temps travaillé. Passer aux 32h, revenir à la retraite à 60 ans à taux plein. Cela passe notamment par s'opposer au travail du dimanche et se battre pour d'autres temps de repos.</p> <p style="text-align: justify;">Cela est possible ! Les bénéfices du CAC 40 ont encore explosé. A titre d'exemple il faut 45 années à un smicard pour gagner l'argent que Bernard Arnault gagne en 1 heure ! A quel titre devrions-nous travailler plus ? Le dimanche ? Après 60 ans ?</p> <p style="text-align: justify;">En ce sens, la grève de ce jeudi 5 décembre sera l'occasion de rappeler au gouvernement que sa politique ne répond pas aux besoins des travailleurs, des chômeurs, des retraités, des étudiants... Je rappelle ici, comme élue anticapitaliste, mon soutien aux grévistes et aux manifestants.</p>