Poitiers se qualifie pour un pentathlon municipal
Cinq listes sont en mesure de se maintenir au second tour des municipales. A gauche, il n’y aura pas d’alliance. A droite, ça se pourrait. Et le FN pavoise.

Du jamais vu. Pour la première fois à Poitiers, cinq listes se qualifient pour un second tour des municipales qui s’annonce mouvementé. Attention, ça va secouer dans les virages.

Claeys: « Avec dix points d’avance, c’est jouable »

A gauche, au milieu de la débandade nationale du PS, Alain Claeys estime qu’il s’en sort presque bien avec ses 35% et ses 5.600 voix perdues en six ans. « J’ai appris un truc avec Fabius et Hollande: avec dix points d’avance, c’est tout à fait jouable », assurait le maire sortant, hier soir, avant de s’enfermer dans les salons de Blossac avec son équipe. Droit dans ses bottes, le socialiste ne passera d’alliance avec personne. Même s’il y a quand même un risque que la mairie passe à droite? Il renvoie la balle aux écologistes, « qui n’ont qu’à prendre leurs responsabilités ».

Dans le camp de Christiane Fraysse, les propos télévisés du maire sortant sont accueillis par des huées. « Sa cécité et son autisme sont confondants, assure la candidate écologiste du haut de ses 15%. C’était notre objectif. » La liste « Osons Poitiers » se maintiendra: « Notre profession de foi est prête, on va juste la corser, assure la tête de liste. Face au FN, le paysage politique se décale vers la droite. Au contraire, nous, nous sommes en train de réinventer la gauche. »

Au siège de Jacqueline Daigre, les militants plantés devant la télé, applaudissent la défaite de Geneviève Gaillard (PS) à Niort. La soirée s’annonce bonne pour la droite. Avec ses 24,12%, la candidate UMP-UDI ne fait pourtant que trois points de plus que Stéphane Braconnier en 2008 (21,06%). Il n’empêche, Jacqueline Daigre est reboostée: « Dimanche prochain, je peux être maire de Poitiers. J’appelle toute la droite et le centre à battre Alain Claeys au second tour. J’envoie un message à tous les Poitevins ». Même à Éric Duboc? « Pas uniquement à Éric Duboc », répond-elle.

 

Daigre téléphone à Duboc

Du côté de l’intéressé, on se satisfait des 10,12% qui placent la liste « Notre Parti c’est Poitiers » en véritable arbitre de ce second tour. « Une force politique centrale indépendante est née à Poitiers » poursuit Éric Duboc qui en appelle à « une coalition municipale fondée sur des valeurs humanistes, démocratiques et indépendantes ». A 22h50, Jacqueline Daigre a finalement passé un coup de fil à Serge Rouquette, le directeur de campagne d’Éric Duboc. Première épreuve du pentathlon municipal.

 

Article publié dans Centre Presse, le 24/03/2014

http://www.centre-presse.fr/prettyPhoto%5Bmixed%5D/1/prettyPhoto%5Bmixed%5D/0/

Poitiers se qualifie pour un pentathlon municipal secretariat Municipales2014Revue de Presse
24/03/2014 05:01 | Municipales 2014 - Vienne | POITIERS | Imprimer | Poitiers se qualifie pour un pentathlon municipal Cinq listes sont en mesure de se maintenir au second tour des municipales. A gauche, il n'y aura pas d'alliance. A droite, ça se pourrait. Et le FN pavoise. Du jamais...
<div>24/03/2014 05:01 | <a href="http://www.centre-presse.fr/prettyPhoto%5Bmixed%5D/1/prettyPhoto%5Bmixed%5D/0/rubrique-44-municipales-vienne.html">Municipales 2014 - Vienne</a> | <a href="http://www.centre-presse.fr/prettyPhoto%5Bmixed%5D/1/prettyPhoto%5Bmixed%5D/0/infocommunes-231-poitiers.html">POITIERS</a> | <a>Imprimer</a> | <a href="http://www.addthis.com/bookmark.php?v=250&username=xa-4bd04cef5d2ab109"> <img alt="Bookmark and Share" src="http://s7.addthis.com/static/btn/v2/lg-share-fr.gif" width="125" height="16" /> </a></div> <div><strong>Poitiers se qualifie pour un pentathlon municipal</strong></div> <div><strong>Cinq listes sont en mesure de se maintenir au second tour des municipales. A gauche, il n'y aura pas d'alliance. A droite, ça se pourrait. Et le FN pavoise.</strong></div> <div id="pub_et_images"> <div> <div></div> </div> </div> <em>Du jamais vu. Pour la première fois à Poitiers, cinq listes se qualifient pour un second tour des municipales qui s'annonce mouvementé. Attention, ça va secouer dans les virages.</em> <strong>Claeys: "Avec dix points d'avance, c'est jouable"</strong> A gauche, au milieu de la débandade nationale du PS, Alain Claeys estime qu'il s'en sort presque bien avec ses 35% et ses 5.600 voix perdues en six ans. « <i>J'ai appris un truc avec Fabius et Hollande: avec dix points d'avance, c'est tout à fait jouable </i>», assurait le maire sortant, hier soir, avant de s'enfermer dans les salons de Blossac avec son équipe. Droit dans ses bottes, le socialiste ne passera d'alliance avec personne. Même s'il y a quand même un risque que la mairie passe à droite? Il renvoie la balle aux écologistes, « <i>qui n'ont qu'à prendre leurs responsabilités </i>». Dans le camp de Christiane Fraysse, les propos télévisés du maire sortant sont accueillis par des huées. « <i>Sa cécité et son autisme sont confondants, </i>assure la candidate écologiste du haut de ses 15%. <i>C'était notre objectif. </i>» La liste « Osons Poitiers » se maintiendra: « <i>Notre profession de foi est prête, on va juste la corser, </i>assure la tête de liste.<i> Face au FN, le paysage politique se décale vers la droite. Au contraire, nous, nous sommes en train de réinventer la gauche. </i>» Au siège de Jacqueline Daigre, les militants plantés devant la télé, applaudissent la défaite de Geneviève Gaillard (PS) à Niort. La soirée s'annonce bonne pour la droite. Avec ses 24,12%, la candidate UMP-UDI ne fait pourtant que trois points de plus que Stéphane Braconnier en 2008 (21,06%). Il n'empêche, Jacqueline Daigre est reboostée: « <i>Dimanche prochain, je peux être maire de Poitiers. J'appelle toute la droite et le centre à battre Alain Claeys au second tour. J'envoie un message à tous les Poitevins </i>». Même à Éric Duboc? « <i>Pas uniquement à Éric Duboc </i>», répond-elle.   <strong>Daigre téléphone à Duboc</strong> Du côté de l'intéressé, on se satisfait des 10,12% qui placent la liste « Notre Parti c'est Poitiers » en véritable arbitre de ce second tour. « <i>Une force politique centrale indépendante est née à Poitiers </i>» poursuit Éric Duboc qui en appelle à « <i>une coalition municipale fondée sur des valeurs humanistes, démocratiques et indépendantes </i>». A 22h50, Jacqueline Daigre a finalement passé un coup de fil à Serge Rouquette, le directeur de campagne d'Éric Duboc. Première épreuve du pentathlon municipal.   Article publié dans Centre Presse, le 24/03/2014 http://www.centre-presse.fr/prettyPhoto%5Bmixed%5D/1/prettyPhoto%5Bmixed%5D/0/