(délibération 59, n° 086)

Mots clés : Couronneries, funiculaire ?, gratuité des transports, logements privés

.

Le PNRU (Programme National de Renouvellement Urbain) est une chance : c’est pourquoi il ne faut pas rater la phase d’étude et rester ouvert à tous les scénarii possibles. Et c’est pourquoi nous validons évidemment le projet de convention du NPNRU   et encourageons la rénovation des quartiers où résident les populations les plus fragiles de notre Agglomération, les populations les plus touchées par la crise, confrontées au chômage et à l’isolement urbain. Le NPNRU est une chance pour le quartier des Couronneries de se projeter vers une rénovation qualitative et durable.

C’est toutefois avec des réserves et inquiétudes que nous validons cette convention : l’agglomération qui se targue dans ce projet d’être « un territoire d’expérimentation et d’exemplarité » semble laisser de côté des points qu’il nous semble essentiel de traiter prioritairement :

– Qu’en est-il de l’accessibilité au quartier, qui est un véritable handicap, facteur de ségrégation sociale, par exemple pour les jeunes qui souhaitent trouver du travail en dehors des Couronneries ? La convention n’esquisse à ce sujet qu’une augmentation de la fréquence des bus. Rappelons que dans les années 60, conscient de la rupture entre ce quartier et le centre-ville, on envisageait un funiculaire pour rejoindre le centre-ville. Nous ne disons pas que c’est la solution mais que c’est le moment de faire preuve d’imagination. Pour le moment, l’innovation comme l’exemplarité semblent faire défaut. Je ne parle pas non plus de la politique de tarification incitative qui rappelons-le est aussi une manière de travailler l’accessibilité. A ce propos, la digression est tentante, vous prévoyez de faire une expérience de gratuité (lu dans la presse) : prévoyez-vous une étude de faisabilité de la gratuité sur le réseau Vitalis ?

– Qu’en est-il enfin de la prise en compte réelle du parc de logements privés ? La convention révèle qu’aucun indicateur de suivi des copropriétés n’est à ce jour mis en place par Grand Poitiers, alors que ce parc représenterait aux Couronneries près de 30% des logements. De l’extérieur elles paraissent bien entretenues, Pourtant sans outil de diagnostic des copros en difficultés, comment peut-on être certain que tout va bien ? Dans d’autres villes que la nôtre, le traitement du parc privé apparaît prioritaire dans le cadre du NPNRU, parallèlement à la rénovation indispensable du parc social. Et il est important de travailler en parallèle les deux parcs dans le cadre d’un projet cohérent de rénovation.

Dernière inquiétude enfin, cette formulation pour nous ambiguë que l’on trouve page 50 : « penser l’aménagement des espaces publics pour créer des « lieux sûrs » évitant les « comportements à risques » : ne serait-on pas dans la conception d’un urbanisme sécuritaire ? Grand Poitiers créera-t-elle des espaces non accueillant pour éviter que les gens traînent ?

Ce projet de convention, promis exemplaire et innovant, ne semble malheureusement être qu’une copie quelque peu adaptée au contexte de Poitiers des 199 autres conventions, probablement pré-élaborées par l’agence de rénovation urbaine, sous tutelle du ministère de la politique de la ville.

Nous proposons d’oser une rénovation urbaine différente, un projet d’envergure, pensé localement, pour nos quartiers populaires.

Les Couronneries : Programme National de Renouvellement Urbainhttps://osonspoitiers.fr/wp-content/uploads/2015/03/P1120142.jpghttps://osonspoitiers.fr/wp-content/uploads/2015/03/P1120142-300x300.jpg Pascal C. Conseil communautaireInterventions
(délibération 59, n° 086) Mots clés : Couronneries, funiculaire ?, gratuité des transports, logements privés . Le PNRU (Programme National de Renouvellement Urbain) est une chance : c’est pourquoi il ne faut pas rater la phase d’étude et rester ouvert à tous les scénarii possibles. Et c’est pourquoi nous validons évidemment le projet de...
<p align="justify"><span style="font-family: Nimbus Roman No9 L,serif;"><span style="font-size: medium;">(délibération 59, n° 086)</span></span></p> <p align="justify"><span style="font-family: Nimbus Roman No9 L,serif;"><span style="font-size: medium;"><b>Mots clés : </b>Couronneries, funiculaire ?, gratuité des transports, logements privés<b> </b></span></span></p> <p style="text-align: right;" align="justify">.</p> <p align="justify"><span style="font-family: Nimbus Roman No9 L,serif;"><span style="font-size: medium;">Le PNRU (Programme National de Renouvellement Urbain) est une chance : c’est pourquoi il ne faut pas rater la phase d’étude et rester ouvert à tous les scénarii possibles. Et c’est pourquoi nous validons évidemment le projet de convention du NPNRU   et encourageons la rénovation des quartiers où résident les populations les plus fragiles de notre Agglomération, les populations les plus touchées par la crise, confrontées au chômage et à l’isolement urbain. Le NPNRU est une chance pour le quartier des Couronneries de se projeter vers une rénovation qualitative et durable. </span></span></p> <p align="justify"><span style="font-family: Nimbus Roman No9 L,serif;"><span style="font-size: medium;">C’est toutefois avec des réserves et inquiétudes que nous validons cette convention : l’agglomération qui se targue dans ce projet d’être « un territoire d’expérimentation et d’exemplarité » semble laisser de côté des points qu’il nous semble essentiel de traiter prioritairement : </span></span></p> <p align="justify"><span style="font-family: Nimbus Roman No9 L,serif;"><span style="font-size: medium;">- Qu’en est-il de l’accessibilité au quartier, qui est un véritable handicap, facteur de ségrégation sociale, par exemple pour les jeunes qui souhaitent trouver du travail en dehors des Couronneries ? <i><b>La convention n’esquisse à ce sujet qu’une augmentation de la fréquence des bus. Rappelons que dans les années 60, conscient de la rupture entre ce quartier et le centre-ville, on envisageait un funiculaire pour rejoindre le centre-ville. </b></i>Nous ne disons pas que c’est la solution mais que c’est le moment de faire preuve d’imagination. Pour le moment, l’innovation comme l’exemplarité semblent faire défaut. Je ne parle pas non plus de la politique de tarification incitative qui rappelons-le est aussi une manière de travailler l’accessibilité. A ce propos, la digression est tentante, vous prévoyez de faire une expérience de gratuité (lu dans la presse) : <b>prévoyez-vous une étude de faisabilité de la gratuité sur le réseau Vitalis ? </b></span></span></p> <p align="justify"><span style="font-family: Nimbus Roman No9 L,serif;"><span style="font-size: medium;">- Qu’en est-il enfin de la prise en compte réelle du parc de logements privés ? La convention révèle qu’aucun indicateur de suivi des copropriétés n’est à ce jour mis en place par Grand Poitiers, alors que ce parc représenterait aux Couronneries près de 30% des logements. De l’extérieur elles paraissent bien entretenues, Pourtant sans outil de diagnostic des copros en difficultés, comment peut-on être certain que tout va bien ? Dans d’autres villes que la nôtre, le traitement du parc privé apparaît prioritaire dans le cadre du NPNRU, parallèlement à la rénovation indispensable du parc social. Et il est important de travailler en parallèle les deux parcs dans le cadre d’un projet cohérent de rénovation.</span></span></p> <p align="justify"><span style="font-family: Nimbus Roman No9 L,serif;"><span style="font-size: medium;">Dernière inquiétude enfin, cette formulation pour nous ambiguë que l’on trouve page 50 : « penser l’aménagement des espaces publics pour créer des « lieux sûrs » évitant les « comportements à risques » : <strong>ne serait-on pas dans la conception d’un urbanisme sécuritaire ?</strong> Grand Poitiers créera-t-elle des espaces non accueillant pour éviter que les gens traînent ? </span></span></p> <p align="justify"><span style="font-family: Nimbus Roman No9 L,serif;"><span style="font-size: medium;">Ce projet de convention, promis exemplaire et innovant, ne semble malheureusement être qu’une copie quelque peu adaptée au contexte de Poitiers des 199 autres conventions, probablement pré-élaborées par l’agence de rénovation urbaine, sous tutelle du ministère de la politique de la ville. </span></span></p> <p align="justify"><span style="font-family: Nimbus Roman No9 L,serif;"><span style="font-size: medium;">Nous proposons d’oser une rénovation urbaine différente, un projet d’envergure, pensé localement, pour nos quartiers populaires.</span></span></p>