Entre la Varenne et Zo Prod, on compte pas moins de 6 gués infranchissables en barque ; les parkings continuent de fleurir sur ses berges ; l’écosystème souffre de l’invasion des algues ; du côté des jardins , beaucoup de parcelles sont aujourd’hui délaissées et l’histoire récente nous rappelle ce qui nous manque : une rivière espace de loisirs sur les berges de laquelle on dansait, dans l’eau de laquelle on se baignait. Le Clain est bien un espace social à reconquérir dont il faut valoriser la richesse potentielle.
Pourquoi ?
– Rapprocher le citadin des espaces naturels en lui redonnant accès à sa rivière, en favorisant jardinage et respect de l’environnement à proximité
– Ouvrir à tous un espace de loisirs de proximité, de rencontres et d’échanges
– Protéger l’écosystème lié à la rivière
Comment ?
– Mettre en place des glissières permettant de passer les guets pour favoriser la navigation
– Favoriser les initiatives de découverte patrimoniale du Clain
– Ouvrir un (des) espace (s) de baignades et de loisirs (canotage, guinguette, barbecues partagés, aires de jeux)
– Redonner vie aux jardins (favoriser leur exploitation, agir sur les loyers…)
– Entretenir la rivière : privilégier le débardage des bois par traction animale, agir sur la qualité de l’eau, informer sur l’écosystème
– Créer des événements : une fête de l’eau, la reprise de « Tacoclain… »
Dans quel cadre ?
– Urbanisme : jardins, parkings…
– Syndicat du Clain (et futur EPTB) : navigation, entretien…
– Culture : patrimoine, fêtes, loisirs
L’eau est un bien universel. La rivière, dans une commune, charrie cette universalité et est naturellement un espace de partage et de rencontre. Au moment où il est indispensable de sensibiliser l’homme au respect de son écosystème, où la crise sociale devient aiguë, insupportable pour beaucoup, on ne peut tourner le dos à ce qui depuis toujours a relié les hommes entre eux, leur a offert un espace de loisirs gratuit, a constitué également un espace économique, et rappelle au milieu de la ville ce qui nous lie à la nature. L’effort que la communauté consent pour sa rivière est un investissement dont la rentabilité n’est pas à démontrer : il y va tout simplement du respect de la vie.

Construire une richesse partagée sur le Clainhttps://osonspoitiers.fr/wp-content/uploads/2014/08/chaise-et-canard01-1024x680.jpghttps://osonspoitiers.fr/wp-content/uploads/2014/08/chaise-et-canard01-300x300.jpg Jacques Arfeuillere ActionsNos ActionsProgramme,,,,,,,
Entre la Varenne et Zo Prod, on compte pas moins de 6 gués infranchissables en barque ; les parkings continuent de fleurir sur ses berges ; l’écosystème souffre de l’invasion des algues ; du côté des jardins , beaucoup de parcelles sont aujourd’hui délaissées et l’histoire récente nous rappelle...
Entre la Varenne et Zo Prod, on compte pas moins de 6 gués infranchissables en barque ; les parkings continuent de fleurir sur ses berges ; l’écosystème souffre de l’invasion des algues ; du côté des jardins , beaucoup de parcelles sont aujourd’hui délaissées et l’histoire récente nous rappelle ce qui nous manque : une rivière espace de loisirs sur les berges de laquelle on dansait, dans l’eau de laquelle on se baignait. Le Clain est bien un espace social à reconquérir dont il faut valoriser la richesse potentielle. Pourquoi ? - Rapprocher le citadin des espaces naturels en lui redonnant accès à sa rivière, en favorisant jardinage et respect de l’environnement à proximité - Ouvrir à tous un espace de loisirs de proximité, de rencontres et d’échanges - Protéger l’écosystème lié à la rivière Comment ? - Mettre en place des glissières permettant de passer les guets pour favoriser la navigation - Favoriser les initiatives de découverte patrimoniale du Clain - Ouvrir un (des) espace (s) de baignades et de loisirs (canotage, guinguette, barbecues partagés, aires de jeux) - Redonner vie aux jardins (favoriser leur exploitation, agir sur les loyers…) - Entretenir la rivière : privilégier le débardage des bois par traction animale, agir sur la qualité de l’eau, informer sur l’écosystème - Créer des événements : une fête de l’eau, la reprise de « Tacoclain… » Dans quel cadre ? - Urbanisme : jardins, parkings… - Syndicat du Clain (et futur EPTB) : navigation, entretien… - Culture : patrimoine, fêtes, loisirs L’eau est un bien universel. La rivière, dans une commune, charrie cette universalité et est naturellement un espace de partage et de rencontre. Au moment où il est indispensable de sensibiliser l’homme au respect de son écosystème, où la crise sociale devient aiguë, insupportable pour beaucoup, on ne peut tourner le dos à ce qui depuis toujours a relié les hommes entre eux, leur a offert un espace de loisirs gratuit, a constitué également un espace économique, et rappelle au milieu de la ville ce qui nous lie à la nature. L’effort que la communauté consent pour sa rivière est un investissement dont la rentabilité n’est pas à démontrer : il y va tout simplement du respect de la vie.