Culture/Patrimoine

Culture/Patrimoine 

Délibération n°76 (2018-0484) : Délibération-cadre – Stratégie culturelle et patrimoniale (JA)

La commission culture de Grand Poitiers est sans doute parmi les plus animées et sa dernière réunion où cette délibération-cadre a été présentée n’a pas dérogé à la règle. J’en dis deux mots parce que ce dont il a été question n’est pas sans importance quand il s’agit de définir ce qui sera la politique culturelle de Grand Poitiers dans les années à venir.

On a d’abord parlé du mot public, très présent dans le préambule, pour dire notamment l’intention  de « toucher les publics les plus larges possibles ».  A priori, on n’a rien à reprocher à cette intention, sinon que l’inquiétude qui se manifeste, c’est que dans ce mouvement descendant de ceux qui visent les publics, de ceux qui, spécialistes, font l’effort de la médiation vers l’art, semble se perdre de plus en plus l’idéal de Malraux qui pensait que le public peut s’élever vers l’œuvre, que l’art, l’objet culturel n’est pas un bien de consommation mais bien le produit d’une action conjuguée, qu’il y a un cercle vertueux à créer notamment en permettant à chacun d’apprendre une pratique… Je n’irai pas plus loin, mais je crois qu’il faut entendre ce que ce petit débat, peut-être pas tout à fait maîtrisé des non-spécialistes que nous sommes, mais vraiment sincère, nous dit des inquiétudes liées à l’élargissement de Grand Poitiers à 40.

Il y a cette question posée à l’enseignement artistique, la musique par exemple, qui met en concurrence un Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR) avec des écoles qui pâtissent de la situation (prix, diversité des enseignements). Le Conservatoire ne peut répondre à la hausse des demandes et, à l’inverse, on observe une baisse de fréquentation sur les écoles locales.

Il y a cette autre question posée à l’organisation des événements pour l’animation des communes : quand « Itinérance » vient prendre la place des événements précédents (comme « Musiques et contes » en Vienne et Moulière), on perd en nombre de rencontres, on perd en implication locale de la population, on perd pour l’animation des communes l’hiver. (On est passé de 8 événements sur l’année, à 2 événements l’été). La culture se construit et se vit au plus proche du citoyen : il ne s’agit pas seulement de le viser en construisant des programmations et en pensant la médiation, il s’agit aussi de se mettre au service de l’initiative où qu’elle se présente et à quelque niveau qu’elle se présente. Et je dirai, pour finir, un mot qui découle de cette idée : on peut construire un TAP et consacrer un Confort Moderne, en mettant les gros moyens nécessaires à les faire fonctionner ; mais cela ne doit pas nous dédouaner de mettre les moyens adaptés à soutenir, par exemple, les efforts culturels d’un Plan B quand celui-ci est menacé.

Un dernier mot : nous sommes surpris de voir l’EESI dans la partie 5 ; elle aurait plus sa place dans la 3 aux côtés du CRR, parmi les établissements d’enseignement.

Cette intervention a fait l’objet d’ajouts lors du conseil.

Les élu-e-s Osons Poitiers se sont abstenu-e-s sur cette délibération.

Conseil communautaire du 28 septembre 2018https://osonspoitiers.fr/wp-content/uploads/2018/10/conseil-communautaire-du-28-septembre-2018-2-1024x768.jpghttps://osonspoitiers.fr/wp-content/uploads/2018/10/conseil-communautaire-du-28-septembre-2018-2-150x150.jpg SecretariatOzons Conseil communautaire,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,
Culture/Patrimoine  Délibération n°76 (2018-0484) : Délibération-cadre - Stratégie culturelle et patrimoniale (JA) https://youtu.be/Jkwj3aPoK6c La commission culture de Grand Poitiers est sans doute parmi les plus animées et sa dernière réunion où cette délibération-cadre a été présentée n'a pas dérogé à la règle. J'en dis deux mots parce que ce dont il a...
</p> <h1 style="text-align: justify;"><a name="_Toc527036227"></a><a name="_Toc511738006"></a><a name="_Toc511737919"></a><a name="_Toc507166003"></a>Culture/Patrimoine<strong> </strong></h1> <p style="text-align: justify;"><strong><a href="https://osonspoitiers.fr/wp-content/uploads/2018/10/deliberation-n°76_Conseil-GP-du-28.09.2018.pdf" target="_blank" rel="noopener">Délibération n°76 (2018-0484) : Délibération-cadre - Stratégie culturelle et patrimoniale (JA)</a></strong></p> https://youtu.be/Jkwj3aPoK6c <p style="text-align: justify;">La commission culture de Grand Poitiers est sans doute parmi les plus animées et sa dernière réunion où cette délibération-cadre a été présentée n'a pas dérogé à la règle. J'en dis deux mots parce que ce dont il a été question n'est pas sans importance quand il s'agit de définir ce qui sera la politique culturelle de Grand Poitiers dans les années à venir.</p> <p style="text-align: justify;">On a d'abord parlé du mot public, très présent dans le préambule, pour dire notamment l'intention  de « toucher les publics les plus larges possibles ».  A priori, on n'a rien à reprocher à cette intention, sinon que l'inquiétude qui se manifeste, c'est que dans ce mouvement descendant de ceux qui visent les publics, de ceux qui, spécialistes, font l'effort de la médiation vers l'art, semble se perdre de plus en plus l'idéal de Malraux qui pensait que le public peut s'élever vers l'œuvre, que l'art, l'objet culturel n'est pas un bien de consommation mais bien le produit d'une action conjuguée, qu'il y a un cercle vertueux à créer notamment en permettant à chacun d'apprendre une pratique... Je n'irai pas plus loin, mais je crois qu'il faut entendre ce que ce petit débat, peut-être pas tout à fait maîtrisé des non-spécialistes que nous sommes, mais vraiment sincère, nous dit des inquiétudes liées à l’élargissement de Grand Poitiers à 40.</p> <p style="text-align: justify;">Il y a cette question posée à l'enseignement artistique, la musique par exemple, qui met en concurrence un Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR) avec des écoles qui pâtissent de la situation (prix, diversité des enseignements). Le Conservatoire ne peut répondre à la hausse des demandes et, à l'inverse, on observe une baisse de fréquentation sur les écoles locales.</p> <p style="text-align: justify;">Il y a cette autre question posée à l’organisation des événements pour l'animation des communes : quand « Itinérance » vient prendre la place des événements précédents (comme « Musiques et contes » en Vienne et Moulière), on perd en nombre de rencontres, on perd en implication locale de la population, on perd pour l'animation des communes l'hiver. (On est passé de 8 événements sur l'année, à 2 événements l'été). La culture se construit et se vit au plus proche du citoyen : il ne s'agit pas seulement de le viser en construisant des programmations et en pensant la médiation, il s'agit aussi de se mettre au service de l’initiative où qu'elle se présente et à quelque niveau qu'elle se présente. Et je dirai, pour finir, un mot qui découle de cette idée : on peut construire un TAP et consacrer un Confort Moderne, en mettant les gros moyens nécessaires à les faire fonctionner ; mais cela ne doit pas nous dédouaner de mettre les moyens adaptés à soutenir, par exemple, les efforts culturels d'un Plan B quand celui-ci est menacé.</p> <p style="text-align: justify;">Un dernier mot : nous sommes surpris de voir l'EESI dans la partie 5 ; elle aurait plus sa place dans la 3 aux côtés du CRR, parmi les établissements d'enseignement.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Cette intervention a fait l’objet d’ajouts lors du conseil.</em></p> <p style="text-align: justify;"><em>Les élu-e-s Osons Poitiers se sont abstenu-e-s sur cette délibération.</em>