Retrouvez ici les expressions politiques des élu-e-s Osons Poitiers publiées chaque mois dans le Magazine municipal Poitiers Mag :

Juin 2017

Soyons plus intelligents que nos compteurs
Ils sont arrivés dans la Vienne. Les compteurs « intelligents » Linky s’imposent chez nous comme vont le faire les équivalents pour le gaz et pour l’eau. En 4 ans, 35 millions de compteurs qui fonctionnent parfaitement seront jetés et ces boitiers à la durée de vie limitée vont être déployés pour un coût de 5 milliards. Pourquoi ? Officiellement pour maîtriser la consommation (la machine aurait plus d’intelligence que l’homme pour savoir à quel moment mettre en marche le lave-linge). Mais en oubliant l’incertitude sur leur innocuité en matière de santé et le danger qui pèse sur les libertés avec ces machines qui peuvent décrire, pour le big data, nos vies. Le conseil municipal a refusé de délibérer malgré notre demande contre ces installations forcées. Il nous reste à résister individuellement.

N.B : Réunion publique sur Linky le 17 juin 2017 en présence de Stéphane Lhomme.

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Mai 2017

L’eau : bien commun, bien précieux
Selon le schéma départemental de l’eau de janvier 2017, le territoire du centre Clain est très concerné par les pollutions diffuses (nitrates et pesticides). Les ressources en eau de Grand Poitiers présentent une vulnérabilité à la fois qualitative et quantitative. Le captage de Fleury à Lavausseau a été classé prioritaire. Il est donc important de pratiquer une agriculture respectueuse de l’environnement sur le bassin de captage de Fleury. Depuis des dizaines d’années, un suivi agronomique a été financé par la collectivité sans que la teneur en nitrates s’améliore. Il nous faut changer de méthode et pratiquer sur ce site une agriculture biologique ou de l’agroforesterie non génératrice de pollution. Tous les moyens doivent être mis en œuvre y compris l’expropriation si nécessaire. L’enjeu est trop important.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Avril 2017

Décidément les arbres dérangent
L’arbre a bien du mal à se faire une place au cœur de notre cité. 62 arbres abattus rue Molière et maintenant 64 sur l’îlot de Tison. Un rideau végétal sacrifié. Réaction de la mairie : nous allons replanter. Mais les arbres sont des êtres vivants que l’on sacrifie sans  respect alors qu’ils témoignent de notre histoire, qu’ils nous offrent leur ombrage, qu’ils assourdissent les bruits de la ville, qu’ils réduisent les risques d’inondation, purifient notre air et abritent d’autres vivants.

Pourtant, nous aurions pu être rassuré-e-s après la présentation par la municipalité d’une Charte de l’Arbre …

Nous exigeons plus de considération pour nos arbres, notre patrimoine au même titre que nos monuments. Et comme disait Coluche « pour qu’un écologiste soit élu président, il faudrait que les arbres votent ». Alors, ne les abattons pas !

Mad Joubert, Europe Écologie Les Verts, pour le Groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Mars 2017

Solidarité avec les femmes du monde entier
Le 8 mars est la journée internationale des droits des femmes. Cette année, en plus des rassemblements habituels, un appel à mobilisation syndicale a été lancé. Cet appel est relayé localement par le Collectif du 8 mars. Que ce soit pour le droit à l’avortement, pour l’égalité salariale ou contre les violences, nous apportons notre solidarité avec les femmes du monde entier. Les droits des femmes sont en permanence menacés, que ce soit aux USA avec Trump ou encore en France avec Fillon ou Le Pen. Localement, nous regrettons qu’il n’y ait pas de service dédié à l’égalité hommes/femmes à la mairie de Poitiers ainsi que le manque de concertation sur la place des femmes dans l’espace public (choix des équipements sportifs dans les quartiers, etc.). Le groupe Osons Poitiers sera au cœur de toutes les luttes féministes.

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Février 2017

Saluons la naissance de Min’ de Rien
« Il y a ceux qui disent et il y a ceux qui font » répond le maire interpellé sur les problèmes d’hébergement tant pour les sans-abris que pour les étrangers cherchant l’asile. Mais il faut bien constater qu’on ne fait pas assez quand on connaît les manques tant pour les uns que pour les autres. Il faut donc « dire » davantage pour que progresse la conscience d’une responsabilité collective qui gagne enfin son efficacité des moyens nécessaires aux besoins, d’une réelle coordination entre tous les acteurs concernés. En attendant, parmi ceux qui font, saluons la naissance de Min’ de rien, association dédiée à apporter du soutien aux mineurs isolés en situation précaire et confrontés à des discriminations eu égard à leur statut d’étranger. « Faire », c’est aussi aider ces initiatives. Contact : minderien86@gmail.com Fb : www.facebook.com/assominderien86

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Janvier 2017

2017 : le changement c’est maintenant.
L’année 2017 va être riche en moments démocratiques. Nous serons appelés à voter pour choisir le président de la République et notre député-e. La petite avancée sera la fin du cumul des mandats. Notre rôle de citoyen-ne-s sera d’être vigilant, par exemple :

  • Cet hiver, notre commune n’a pas choisi comme certaines le font de se déclarer zéro sans-abri ;
  • Les particules fines altèrent la qualité de l’air : la diminution du trafic automobile est une nécessité pour notre santé ;
  • Dans cette période de fort chômage, il ne faut pas pour autant négliger la qualité de vie au travail, dans le public comme dans le privé.

Que cette nouvelle année soit celle de la résistance écologique, sociale, solidaire et citoyenne. Meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Décembre 2016

La sortie du nucléaire : une priorité
L’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) a demandé l’arrêt rapide du réacteur n°1 de la centrale de Civaux et l’arrêt de 4 autres réacteurs en France pour anomalie. Au total, ce sont 26 réacteurs à l’arrêt. C’est un problème sérieux et il n’est pas certain qu’on y trouve une solution. Cela nous fait enfin prendre conscience de notre dépendance à l’énergie nucléaire et provoque une flambée des prix de l’électricité. A l’entrée de l’hiver, les habitants de Poitiers en particulier ceux qui n’ont pas d’isolation de leur logement et qui utilisent un chauffage électrique vont voir augmenter leur facture. Les millions d’euros qui vont servir à maintenir en état les centrales pour les prolonger doivent être investis dans un programme d’économie d’énergie avec le développement d’un mix d’énergies renouvelables.

Mad Joubert, Europe Écologie Les Verts, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Novembre 2016

Il est urgent d’accueillir les étrangers dignement !
A la préfecture de Poitiers, l’accueil des étrangers est inacceptable : le standard du service immigration est limité au matin, la prise de rendez-vous se fait seulement par internet ce qui nécessite d’avoir accès à un ordinateur, de parler couramment français etc… De plus les délais sont très longs pour obtenir un rendez-vous. Osons Poitiers au côté de DNSI dénonce ces pratiques discriminatoires qui aggravent la précarité des étrangers et rend leur intégration plus difficile. Nous souhaitons qu’à Poitiers comme ailleurs une véritable politique d’accueil soit mise en place. Et en ces temps de montées réactionnaires nous rappelons notre attachement à la liberté de circulation et d’installation pour tout être humain ainsi que la régularisation de tous les sans-papiers.

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Octobre 2016

Droit d’expression, accès à l’information.
Lecteurs, qu’attendez-vous de ces quelques lignes ? La position du groupe sur les décisions municipales, des commentaires sur les 35 pages du magazine municipal ? Des informations sur le travail des élus d’opposition ? Nous sommes en peine de choisir notre expression avec seulement 800 signes espace compris dans ce magazine. C’est pourquoi ce mois-ci, nous avons choisi de promouvoir nos espaces d’expression :

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Septembre 2016

La politique de la vitrine.
Le symbole de l’été à Poitiers, on le trouve à la Chapelle Sainte-Croix : en exposant le luxe des vitrines Hermès, le Miroir, projet alibi qui doit servir à détruire le théâtre historique, signe, pour quelques dizaines de milliers d’euros ce qui semble être devenu la tendance politique de la majorité. En vitrine, on trouve par exemple la sécurité : quelques caméras de vidéosurveillance dont on sait l’inefficacité, et qui sèment là encore, des centaines de milliers d’euros. On trouve aussi une certaine culture : pour 210 000 euros, on refera l’enseigne vidéo de la façade du TAP qui n’a jamais fonctionné et on fera un pont d’or à des stars fugitives mais médiatiques pour les grands concerts de l’été. La vitrine qui fait briller, exagère, et parfois ment…

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Juin 2016

Poitiers, ville cyclable ?
En mars 2016, nous avons voté contre la délibération portant sur les travaux d’aménagement de voirie devant le Crédit Agricole situé rue Salvador Allende. D’une part parce que ces travaux ont été réalisés suite à une demande de l’établissement et surtout parce que la ville n’a pas respecté la loi Laure qui prévoit que les aménagements cyclables soient réalisés lors de tout aménagement de voirie. De nombreuses places de stationnement ont ainsi été créées au détriment de la mise en place d’une bande cyclable. Après la promenade des cours et la porte de Paris, la rue Salvador Allende devient un parcours de plus dans lequel les cyclistes sont relégués au second plan. Ne pas faciliter le parcours des cyclistes c’est aller à contre-courant de la lutte contre le changement climatique qui ne doit pas rester qu’un vœu pieux mais nécessite des actes.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Mai 2016

La vidéosurveillance, une vitrine inutile et dangereuse.
Le Maire a dit que la sécurité n’est pas un enjeu politique, nous lui disons, nous, qu’il faut cesser de mettre nos libertés en jeu ! La vidéosurveillance dans l’espace public, c’est le renoncement de trop pour A. Claeys. Des caméras sur les places font plus frémir qu’elles ne rassurent. La seule étude scientifique sur ce dispositif conclut à l’inefficacité globale et il faut rappeler qu’une caméra dans l’espace public, c’est aussi la possibilité de surveiller les manifestants. Pour 350 000 euros ! Qui seraient mieux investis en médiation et qu’on préfère utiliser pour substituer au regard qui tisse le lien social, un œil technologique qui distille la défiance. C’est cher et c’est pauvre en espérance : c’est le prix d’une vitrine de luxe pour une sécurité dont on sait qu’elle se construit ailleurs.

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Avril 2016

L’arbre urbain : je t’aime moi non plus.
L’arbre est un être vivant, il n’est pas un mobilier urbain. L’arbre est un élément essentiel du paysage urbain de par ses fonctions multiples. Il joue un rôle majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique. C’est un purificateur d’air, un climatiseur précieux, un oasis de biodiversité et un bio indicateur. Il participe à la diminution du bruit, de la réflexion lumineuse et à l’anti-érosion des sols. Pour toutes ces raisons, il ne peut faire l’objet de l’attention que de spécialistes triés sur le volet pour rédiger sa charte. Nous souhaitons qu’une charte soit mise en place avec des actions dans la durée. Nous demandons que tous les acteurs concernés, techniciens, politiques et habitants soient associés à ce projet.

Nous lançons un appel  à la majorité : « L’arbre vecteur de démocratie locale : chiche ? »

Thierry Grasset pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Mars 2016

A Poitiers un collectif contre l’état d’urgence existe.
Il mobilise et sensibilise les poitevins contre le tout sécuritaire et la déchéance de nationalité, et pour les libertés individuelles et collectives. Le samedi 30 janvier 2016 environ 600 personnes ont manifesté dans les rues de Poitiers à l’appel du collectif (regroupant de nombreux citoyens, syndicats, associations et partis politiques). Osons Poitiers soutient cette dynamique à l’heure où le gouvernement tente de nous diviser et de réprimer le mouvement social à l’image de ce qu’il se passe à Notre-Dame-des-Landes et des peines de prison ferme à l’encontre de salariés de Goodyear qui luttaient pour leurs emplois. Parallèlement nous rappelons notre refus de voir s’installer dans notre ville des caméras de vidéosurveillance ainsi que d’armer la police municipale.

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Février 2016

Plus de sécurité ? Chiche !
L’année 2016 sera marquée par plus de caméras dans les espaces publics. A Poitiers aussi où on devrait accepter désormais de vivre sous surveillance dans la rue ! Pour plus de sécurité. Pour nous, cependant, la sécurité est ailleurs, au-delà de ce qu’on nous promet notamment par un état d’urgence liberticide ou une déchéance de nationalité contraire à l’esprit d’égalité. Se sentir en sécurité, pour le citoyen, c’est être protégé par un droit du travail renforcé, c’est ne pas être menacé dans son emploi, c’est échapper à la précarité. C’est bénéficier de la sécurité sociale, de la retraite tant qu’on est valide, c’est faire valoir pleinement son droit à la santé, à l’éducation. C’est avoir la garantie de circuler librement, de pouvoir choisir comment et avec qui faire son chemin.

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Janvier 2016

COP 21, (trop) chaud devant !
L’accord issu de la COP 21 ne sera pas le déclencheur de la révolution climatique comme on aurait pu le croire au vu de l’euphorie affichée. Certes les 195 états de la planète sont signataires d’un engagement moral de gouvernance climatique. L’accord n’impose pas de révision des engagements actuellement pris par les pays avant 2025. Il entérine ainsi un réchauffement climatique supérieur à 3°C.  Naomi Klein analyse le dérèglement climatique comme la conséquence d’un modèle économique en guerre contre la vie sur Terre. On ne changera pas les lois de la nature mais on peut changer celle de l’économie. Alors que l’année 2016, soit celle de l’exigence citoyenne pour un respect de nos conditions de vie sur terre, celle des alternatives concrètes, de l’espoir constructif, de la joie, de la paix…

Christiane Fraysse, EE-LV, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Novembre/Décembre 2015

Climat : des annonces mais des réalisations insuffisantes.
Alors que l’urgence écologique devrait être une priorité, tant pour les aspects climatiques qu’économiques, et que la France accueille la COP21, l’exécutif local et national montrent leur manque d’ambition. Au niveau national, pour financer la COP21 le gouvernement, qui a récemment accordé trois nouveaux permis d’exploitation pétroliers, a fait appel à des sponsors dont l’engagement écologique est loin d’être une priorité. A Poitiers, le Plan Climat-Énergie Territorial indique son soutien financier au transport aérien, mode le plus polluant. Les objectifs fixés et le budget alloué pour les années à venir ne sont pas à la hauteur de l’enjeu, alors que des actions fortes permettraient de réduire la facture énergétique et l’empreinte écologique.

Thierry Grasset, EE-LV, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Octobre 2015

Poitiers à l’heure de la COP21.
D’après le rapport sénatorial publié cet été, la pollution de l’air provoque plus de 40 000 décès prématurés et coûte 101,3 milliards d’euros par an, dont 97 pour le coût sanitaire (asthme, bronchite, cancer, absentéisme). Poitiers n’échappe pas à cette problématique. D’un côté, l’offre de transports collectifs ne répond pas aux besoins des usagers en termes d’horaires, de fréquence et d’intermodalité. De l’autre, des choix contestables sont faits par la municipalité : abandon du GNV au profit du diesel pour les bus Vitalis, investissements dans des parkings en bord de Clain, fréquence inadaptée dans les parking-relais et oubli d’aménagements pour les cyclistes. En cette année de COP21, nous pensons que des investissements plus pertinents auraient dû être engagés pour améliorer la qualité de l’air des Poitevins.

Thierry Grasset, EE-LV, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Septembre 2015

Quelle expression pour les oppositions ?
Lors du dernier conseil municipal, notre groupe politique a manifesté son exaspération. Nous avons indiqué lors de l’examen des délibérations que nos positions et propositions étaient consultables sur notre site Internet « Osons Poitiers ». Nous avons fait ce choix en raison de l’absence de réponses aux questions que nous posons lors des séances de conseil municipal et communautaire, cela depuis le début du mandat. L’opposition à une majorité doit pouvoir débattre. Le débat ne se résume pas à l’expression d’une opposition, c’est un jeu d’argumentation, de question-réponse. Ni la condescendance de la part des différentes composantes de la majorité, ni le mépris ne sont dignes de partis démocratiques. Nos électeurs ont fait un choix politique tout aussi respectable que celui des autres électeurs.

Christiane Fraysse, EE-LV, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Expressions Politiques SecretariatOzons Expressions politiques
Retrouvez ici les expressions politiques des élu-e-s Osons Poitiers publiées chaque mois dans le Magazine municipal Poitiers Mag : Juin 2017 Soyons plus intelligents que nos compteurs Ils sont arrivés dans la Vienne. Les compteurs « intelligents » Linky s’imposent chez nous comme vont le faire les équivalents pour le gaz et pour l’eau....
<span style="color: #008000;">Retrouvez ici les expressions politiques des élu-e-s Osons Poitiers publiées chaque mois dans le Magazine municipal Poitiers Mag :</span> <span style="color: #800000;"><strong>Juin 2017</strong></span> <p style="text-align: justify;"><strong>Soyons plus intelligents que nos compteurs </strong>Ils sont arrivés dans la Vienne. Les compteurs « intelligents » Linky s’imposent chez nous comme vont le faire les équivalents pour le gaz et pour l’eau. En 4 ans, 35 millions de compteurs qui fonctionnent parfaitement seront jetés et ces boitiers à la durée de vie limitée vont être déployés pour un coût de 5 milliards. Pourquoi ? Officiellement pour maîtriser la consommation (la machine aurait plus d’intelligence que l’homme pour savoir à quel moment mettre en marche le lave-linge). Mais en oubliant l’incertitude sur leur innocuité en matière de santé et le danger qui pèse sur les libertés avec ces machines qui peuvent décrire, pour le big data, nos vies. Le conseil municipal a refusé de délibérer malgré notre demande contre ces installations forcées. Il nous reste à résister individuellement.</p> N.B : Réunion publique sur Linky le 17 juin 2017 en présence de Stéphane Lhomme. <p style="text-align: justify;"><em>Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».</em><em> </em></p> <span style="color: #800000;"><strong>Mai 2017</strong></span> <p style="text-align: justify;"><strong>L’eau : bien commun, bien précieux </strong>Selon le schéma départemental de l’eau de janvier 2017, le territoire du centre Clain est très concerné par les pollutions diffuses (nitrates et pesticides). Les ressources en eau de Grand Poitiers présentent une vulnérabilité à la fois qualitative et quantitative. Le captage de Fleury à Lavausseau a été classé prioritaire. Il est donc important de pratiquer une agriculture respectueuse de l’environnement sur le bassin de captage de Fleury. Depuis des dizaines d’années, un suivi agronomique a été financé par la collectivité sans que la teneur en nitrates s’améliore. Il nous faut changer de méthode et pratiquer sur ce site une agriculture biologique ou de l’agroforesterie non génératrice de pollution. Tous les moyens doivent être mis en œuvre y compris l’expropriation si nécessaire. L’enjeu est trop important.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ». </em></p> <span style="color: #800000;"><strong>Avril 2017</strong></span> <p style="text-align: justify;"><strong>Décidément les arbres dérangent </strong>L'arbre a bien du mal à se faire une place au cœur de notre cité. 62 arbres abattus rue Molière et maintenant 64 sur l'îlot de Tison. Un rideau végétal sacrifié. Réaction de la mairie : nous allons replanter. Mais les arbres sont des êtres vivants que l'on sacrifie sans  respect alors qu'ils témoignent de notre histoire, qu'ils nous offrent leur ombrage, qu'ils assourdissent les bruits de la ville, qu'ils réduisent les risques d'inondation, purifient notre air et abritent d'autres vivants.</p> <p style="text-align: justify;">Pourtant, nous aurions pu être rassuré-e-s après la présentation par la municipalité d'une Charte de l'Arbre ...</p> <p style="text-align: justify;">Nous exigeons plus de considération pour nos arbres, notre patrimoine au même titre que nos monuments. Et comme disait Coluche « pour qu'un écologiste soit élu président, il faudrait que les arbres votent ». Alors, ne les abattons pas !</p> <p style="text-align: justify;"><em>Mad Joubert, Europe Écologie Les Verts, pour le Groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne » </em></p> <span style="color: #800000;"><strong>Mars 2017</strong></span> <p style="text-align: justify;"><strong>Solidarité avec les femmes du monde entier </strong>Le 8 mars est la journée internationale des droits des femmes. Cette année, en plus des rassemblements habituels, un appel à mobilisation syndicale a été lancé. Cet appel est relayé localement par le Collectif du 8 mars. Que ce soit pour le droit à l'avortement, pour l'égalité salariale ou contre les violences, nous apportons notre solidarité avec les femmes du monde entier. Les droits des femmes sont en permanence menacés, que ce soit aux USA avec Trump ou encore en France avec Fillon ou Le Pen. Localement, nous regrettons qu'il n'y ait pas de service dédié à l'égalité hommes/femmes à la mairie de Poitiers ainsi que le manque de concertation sur la place des femmes dans l'espace public (choix des équipements sportifs dans les quartiers, etc.). Le groupe Osons Poitiers sera au cœur de toutes les luttes féministes.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».</em></p> <span style="color: #800000;"><strong>Février 2017</strong></span> <p style="text-align: justify;"><strong>Saluons la naissance de Min' de Rien </strong>« Il y a ceux qui disent et il y a ceux qui font » répond le maire interpellé sur les problèmes d’hébergement tant pour les sans-abris que pour les étrangers cherchant l’asile. Mais il faut bien constater qu’on ne fait pas assez quand on connaît les manques tant pour les uns que pour les autres. Il faut donc « dire » davantage pour que progresse la conscience d’une responsabilité collective qui gagne enfin son efficacité des moyens nécessaires aux besoins, d’une réelle coordination entre tous les acteurs concernés. En attendant, parmi ceux qui font, saluons la naissance de Min’ de rien, association dédiée à apporter du soutien aux mineurs isolés en situation précaire et confrontés à des discriminations eu égard à leur statut d’étranger. « Faire », c’est aussi aider ces initiatives. <em>Contact : </em>minderien86@gmail.com<em> Fb : </em><a href="https://www.facebook.com/assominderien86">www.facebook.com/assominderien86</a></p> <p style="text-align: justify;"><em>Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».</em><em> </em></p> <span style="color: #800000;"><strong>Janvier 2017</strong></span> <p style="text-align: justify;"><strong>2017 : le changement c'est maintenant. </strong>L’année 2017 va être riche en moments démocratiques. Nous serons appelés à voter pour choisir le président de la République et notre député-e. La petite avancée sera la fin du cumul des mandats. Notre rôle de citoyen-ne-s sera d’être vigilant, par exemple :</p> <ul style="text-align: justify;"> <li>Cet hiver, notre commune n'a pas choisi comme certaines le font de se déclarer zéro sans-abri ;</li> <li>Les particules fines altèrent la qualité de l'air : la diminution du trafic automobile est une nécessité pour notre santé ;</li> <li>Dans cette période de fort chômage, il ne faut pas pour autant négliger la qualité de vie au travail, dans le public comme dans le privé.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Que cette nouvelle année soit celle de la résistance écologique, sociale, solidaire et citoyenne. Meilleurs vœux pour cette nouvelle année.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ». </em></p> <span style="color: #800000;"><strong>Décembre 2016</strong></span> <p style="text-align: justify;"><strong>La sortie du nucléaire : une priorité</strong> L'ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) a demandé l'arrêt rapide du réacteur n°1 de la centrale de Civaux et l'arrêt de 4 autres réacteurs en France pour anomalie. Au total, ce sont 26 réacteurs à l'arrêt. C'est un problème sérieux et il n'est pas certain qu'on y trouve une solution. Cela nous fait enfin prendre conscience de notre dépendance à l'énergie nucléaire et provoque une flambée des prix de l'électricité. A l’entrée de l'hiver, les habitants de Poitiers en particulier ceux qui n'ont pas d'isolation de leur logement et qui utilisent un chauffage électrique vont voir augmenter leur facture. Les millions d'euros qui vont servir à maintenir en état les centrales pour les prolonger doivent être investis dans un programme d'économie d'énergie avec le développement d'un mix d'énergies renouvelables.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Mad Joubert, Europe Écologie Les Verts, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».</em></p> <span style="color: #800000;"><strong>Novembre 2016</strong></span> <p style="text-align: justify;"><strong>Il est urgent d'accueillir les étrangers dignement !</strong> A la préfecture de Poitiers, l'accueil des étrangers est inacceptable : le standard du service immigration est limité au matin, la prise de rendez-vous se fait seulement par internet ce qui nécessite d'avoir accès à un ordinateur, de parler couramment français etc... De plus les délais sont très longs pour obtenir un rendez-vous. Osons Poitiers au côté de DNSI dénonce ces pratiques discriminatoires qui aggravent la précarité des étrangers et rend leur intégration plus difficile. Nous souhaitons qu'à Poitiers comme ailleurs une véritable politique d'accueil soit mise en place. Et en ces temps de montées réactionnaires nous rappelons notre attachement à la liberté de circulation et d'installation pour tout être humain ainsi que la régularisation de tous les sans-papiers.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».</em></p> <span style="color: #800000;"><strong>Octobre 2016</strong></span> <p style="text-align: justify;"><strong>Droit d'expression, accès à l'information. </strong>Lecteurs, qu’attendez-vous de ces quelques lignes ? La position du groupe sur les décisions municipales, des commentaires sur les 35 pages du magazine municipal ? Des informations sur le travail des élus d’opposition ? Nous sommes en peine de choisir notre expression avec seulement 800 signes espace compris dans ce magazine. C’est pourquoi ce mois-ci, nous avons choisi de promouvoir nos espaces d’expression :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Le site internet : <a href="http://osonspoitiers.fr/">http://osonspoitiers.fr/</a> ;</li> <li style="text-align: justify;">Facebook : <a href="https://www.facebook.com/osonspoitiers/">https://www.facebook.com/osonspoitiers/</a> ;</li> <li style="text-align: justify;">Tweeter : <a href="https://twitter.com/OsonsPoitiers">https://twitter.com/OsonsPoitiers</a>  ;</li> <li style="text-align: justify;">Le magazine « la Pastèque » : <a href="http://osonspoitiers.fr/le-journal-la-pasteque/">http://osonspoitiers.fr/le-journal-la-pasteque/</a> ;</li> <li style="text-align: justify;">Les réunions mensuelles du groupe ouvertes à toutes et tous le premier mercredi de chaque mois à partir de 19h permettant d’examiner les décisions municipales et d’élaborer des propositions.</li> </ul> <p style="text-align: justify;"><em>Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ». </em></p> <p style="text-align: justify;"><strong><span style="color: #800000;">Septembre 2016</span></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>La politique de la vitrine.</strong> Le symbole de l’été à Poitiers, on le trouve à la Chapelle Sainte-Croix : en exposant le luxe des vitrines Hermès, le Miroir, projet alibi qui doit servir à détruire le théâtre historique, signe, pour quelques dizaines de milliers d’euros ce qui semble être devenu la tendance politique de la majorité. En vitrine, on trouve par exemple la sécurité : quelques caméras de vidéosurveillance dont on sait l’inefficacité, et qui sèment là encore, des centaines de milliers d’euros. On trouve aussi une certaine culture : pour 210 000 euros, on refera l’enseigne vidéo de la façade du TAP qui n’a jamais fonctionné et on fera un pont d’or à des stars fugitives mais médiatiques pour les grands concerts de l’été. La vitrine qui fait briller, exagère, et parfois ment…</p> <p style="text-align: justify;"><em>Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».</em><em> </em></p> <strong><span style="color: #800000;">Juin 2016</span></strong> <p style="text-align: justify;"><strong>Poitiers, ville cyclable ?</strong> En mars 2016, nous avons voté contre la délibération portant sur les travaux d'aménagement de voirie devant le Crédit Agricole situé rue Salvador Allende. D'une part parce que ces travaux ont été réalisés suite à une demande de l'établissement et surtout parce que la ville n'a pas respecté la loi Laure qui prévoit que les aménagements cyclables soient réalisés lors de tout aménagement de voirie. De nombreuses places de stationnement ont ainsi été créées au détriment de la mise en place d'une bande cyclable. Après la promenade des cours et la porte de Paris, la rue Salvador Allende devient un parcours de plus dans lequel les cyclistes sont relégués au second plan. Ne pas faciliter le parcours des cyclistes c'est aller à contre-courant de la lutte contre le changement climatique qui ne doit pas rester qu’un vœu pieux mais nécessite des actes.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ». </em></p> <strong><span style="color: #800000;">Mai 2016</span></strong> <p style="text-align: justify;"><strong>La vidéosurveillance, une vitrine inutile et dangereuse.</strong> Le Maire a dit que la sécurité n’est pas un enjeu politique, nous lui disons, nous, qu’il faut cesser de mettre nos libertés en jeu ! La vidéosurveillance dans l’espace public, c’est le renoncement de trop pour A. Claeys. Des caméras sur les places font plus frémir qu’elles ne rassurent. La seule étude scientifique sur ce dispositif conclut à l’inefficacité globale et il faut rappeler qu’une caméra dans l’espace public, c’est aussi la possibilité de surveiller les manifestants. Pour 350 000 euros ! Qui seraient mieux investis en médiation et qu’on préfère utiliser pour substituer au regard qui tisse le lien social, un œil technologique qui distille la défiance. C’est cher et c’est pauvre en espérance : c’est le prix d’une vitrine de luxe pour une sécurité dont on sait qu’elle se construit ailleurs.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».</em><em> </em></p> <p style="text-align: justify;"><strong><span style="color: #800000;">Avril 2016</span></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>L'arbre urbain : je t'aime moi non plus.</strong> L'arbre est un être vivant, il n'est pas un mobilier urbain. L’arbre est un élément essentiel du paysage urbain de par ses fonctions multiples. Il joue un rôle majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique. C’est un purificateur d’air, un climatiseur précieux, un oasis de biodiversité et un bio indicateur. Il participe à la diminution du bruit, de la réflexion lumineuse et à l’anti-érosion des sols. Pour toutes ces raisons, il ne peut faire l'objet de l'attention que de spécialistes triés sur le volet pour rédiger sa charte. Nous souhaitons qu’une charte soit mise en place avec des actions dans la durée. Nous demandons que tous les acteurs concernés, techniciens, politiques et habitants soient associés à ce projet.</p> <p style="text-align: justify;">Nous lançons un appel  à la majorité : « L'arbre vecteur de démocratie locale : chiche ? »</p> <p style="text-align: justify;"><em>Thierry Grasset pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »</em></p> <p style="text-align: justify;"><strong><span style="color: #800000;">Mars 2016</span></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>A Poitiers un collectif contre l'état d'urgence existe.</strong> Il mobilise et sensibilise les poitevins contre le tout sécuritaire et la déchéance de nationalité, et pour les libertés individuelles et collectives. Le samedi 30 janvier 2016 environ 600 personnes ont manifesté dans les rues de Poitiers à l'appel du collectif (regroupant de nombreux citoyens, syndicats, associations et partis politiques). Osons Poitiers soutient cette dynamique à l'heure où le gouvernement tente de nous diviser et de réprimer le mouvement social à l'image de ce qu'il se passe à Notre-Dame-des-Landes et des peines de prison ferme à l'encontre de salariés de Goodyear qui luttaient pour leurs emplois. Parallèlement nous rappelons notre refus de voir s’installer dans notre ville des caméras de vidéosurveillance ainsi que d’armer la police municipale.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».</em></p> <strong><span style="color: #800000;">Février 2016</span></strong> <p style="text-align: justify;"><strong>Plus de sécurité ? Chiche !</strong> L’année 2016 sera marquée par plus de caméras dans les espaces publics. A Poitiers aussi où on devrait accepter désormais de vivre sous surveillance dans la rue ! Pour plus de sécurité. Pour nous, cependant, la sécurité est ailleurs, au-delà de ce qu’on nous promet notamment par un état d’urgence liberticide ou une déchéance de nationalité contraire à l’esprit d’égalité. Se sentir en sécurité, pour le citoyen, c’est être protégé par un droit du travail renforcé, c’est ne pas être menacé dans son emploi, c’est échapper à la précarité. C’est bénéficier de la sécurité sociale, de la retraite tant qu’on est valide, c’est faire valoir pleinement son droit à la santé, à l’éducation. C’est avoir la garantie de circuler librement, de pouvoir choisir comment et avec qui faire son chemin.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».</em></p> <strong><span style="color: #800000;">Janvier 2016</span></strong> <p style="text-align: justify;"><strong>COP 21, (trop) chaud devant !</strong> L’accord issu de la COP 21 ne sera pas le déclencheur de la révolution climatique comme on aurait pu le croire au vu de l’euphorie affichée. Certes les 195 états de la planète sont signataires d’un engagement moral de gouvernance climatique. L'accord n'impose pas de révision des engagements actuellement pris par les pays avant 2025. Il entérine ainsi un réchauffement climatique supérieur à 3°C.  Naomi Klein analyse le dérèglement climatique comme la conséquence d’un modèle économique en guerre contre la vie sur Terre. On ne changera pas les lois de la nature mais on peut changer celle de l’économie. Alors que l’année 2016, soit celle de l’exigence citoyenne pour un respect de nos conditions de vie sur terre, celle des alternatives concrètes, de l’espoir constructif, de la joie, de la paix…</p> <p style="text-align: justify;"><em>Christiane Fraysse, EE-LV, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».</em></p> <strong><span style="color: #800000;">Novembre/Décembre 2015</span></strong> <p style="text-align: justify;"><strong>Climat : des annonces mais des réalisations insuffisantes.</strong> Alors que l'urgence écologique devrait être une priorité, tant pour les aspects climatiques qu'économiques, et que la France accueille la COP21, l'exécutif local et national montrent leur manque d'ambition. Au niveau national, pour financer la COP21 le gouvernement, qui a récemment accordé trois nouveaux permis d'exploitation pétroliers, a fait appel à des sponsors dont l'engagement écologique est loin d'être une priorité. A Poitiers, le Plan Climat-Énergie Territorial indique son soutien financier au transport aérien, mode le plus polluant. Les objectifs fixés et le budget alloué pour les années à venir ne sont pas à la hauteur de l'enjeu, alors que des actions fortes permettraient de réduire la facture énergétique et l'empreinte écologique.</p> <em>Thierry Grasset, EE-LV, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »</em> <strong><span style="color: #800000;">Octobre 2015</span></strong> <p style="text-align: justify;"><strong>Poitiers à l’heure de la COP21.</strong> D’après le rapport sénatorial publié cet été, la pollution de l’air provoque plus de 40 000 décès prématurés et coûte 101,3 milliards d’euros par an, dont 97 pour le coût sanitaire (asthme, bronchite, cancer, absentéisme). Poitiers n’échappe pas à cette problématique. D’un côté, l’offre de transports collectifs ne répond pas aux besoins des usagers en termes d’horaires, de fréquence et d’intermodalité. De l’autre, des choix contestables sont faits par la municipalité : abandon du GNV au profit du diesel pour les bus Vitalis, investissements dans des parkings en bord de Clain, fréquence inadaptée dans les parking-relais et oubli d’aménagements pour les cyclistes. En cette année de COP21, nous pensons que des investissements plus pertinents auraient dû être engagés pour améliorer la qualité de l’air des Poitevins.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Thierry Grasset, EE-LV, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »</em></p> <strong><span style="color: #800000;">Septembre 2015</span></strong> <p style="text-align: justify;"><strong>Quelle expression pour les oppositions ?</strong> Lors du dernier conseil municipal, notre groupe politique a manifesté son exaspération. Nous avons indiqué lors de l’examen des délibérations que nos positions et propositions étaient consultables sur notre site Internet « Osons Poitiers ». Nous avons fait ce choix en raison de l’absence de réponses aux questions que nous posons lors des séances de conseil municipal et communautaire, cela depuis le début du mandat. L’opposition à une majorité doit pouvoir débattre. Le débat ne se résume pas à l’expression d’une opposition, c’est un jeu d’argumentation, de question-réponse. Ni la condescendance de la part des différentes composantes de la majorité, ni le mépris ne sont dignes de partis démocratiques. Nos électeurs ont fait un choix politique tout aussi respectable que celui des autres électeurs.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Christiane Fraysse, EE-LV, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».</em></p>